Rituel de la Fraction du Pain, par Doinel

Rituel de la Fraction du Pain, par Doinel

Par Jules Doinel

Les Parfaits étant réunis, les femmes la tête couverte d’un voile blanc et les hommes ceints d’un cordon blanc, s’agenouillent et reçoivent la bénédiction de Sa Seigneurie, l’évêque. Puis ils se relèvent et le choeur chante le cantique :

Beati, vos Æones

Vera vita vividi ;

Vos Emanationes

Pleromatis lucidi ;

Adeste visiones

Stolis albis candidi.

Sur la table drapée de lin, l’Évangile de Jean repose entre les deux flambeaux. L’évêque et le diacre et la diaconesse assistants sont debout devant la table. Une fois le cantique achevé, Sa Seigneurie récite le Pater noster, en grec :

Pater hêmôn ho en tois ouranois :

Hagiasthêtô to onoma sou ;

Elthetô hê basileia sou ;

Genêthêtô to thelêma sou,

Hôs en ouranôi kai epi gês ;

Ton arton hêmôn ton epiousion dos hêmin sêmeron ;

Kai aphes hêmin ta opheilêmata hêmôn,

Hôs kai hêmeis aphêkamen tois opheiletais hêmôn ;

Kai mê eisenenkêis hêmas eis peirasmon,

Alla hrusai hêmas apo tou ponêrou.

Hoti sou estin hê basileia,

Kai hê dynamis, kai hê doxa,

Eis tous aiônas. Amên.

L’Assemblée répond :

Amen.

Le diacre présente la coupe et le pain à l’évêque. Le Prélat, revêtu de l’étole (quand sa grâce le Patriarche officie, il est couvert du très auguste Pallium), élève les mains sur les espèces en disant :

Eon Jesus prisquam pateretur mystice,

accepit panem et vinum in stancias

et venerabiles manus suas, et,

elevatis oculis in coelum, fregit (l’évêque rompt le pain),

benedixit (l’évêque forme le Tau sur le pain et la coupe)

et dedit discipulis uais, dicens (tout le monde se prosterne)

Accipite et manducate et bibit omnes !

Le diacre portant le plateau et la diaconesse portant la coupe précèdent Sa Seigneurie qui s’avance vers les Parfaits. L’orgue joue une marche religieuse et lente.

L’évêque, prenant le pain, l’élève au-dessus de l’assemblée en disant :

Touto estin to soma pneumatikon tou Christou.

Puis il repose le pain sur le plateau, s’agenouille et adore.

Il se relève, prend la coupe et l’élève en disant :

Calix meus inebrians quàm proeclaus est !

Calicem Salutaris accipiam et nomen Domini invocabo.

Il s’agenouille et adore.

Il se relève, rompt un fragment du corps spirituel de Jésus et le mange. Il boit à la coupe du sang.

Pause. Orgues.

Il s’avance ensuite vers chaque Parfait et tend le pain et la coupe à chacun.

Silence. Orgues. Adoration.

De retour à l’autel, l’évêque étendant les mains dit :

Que la grâce du très saint Plérôme soit toujours avec vous !

Les restes des espèces consacrées sont brûlés sur un réchaud, car le corps pneumatique du Seigneur ne doit pas être profané.

Après quoi, Sa Seigneurie donne la bénédiction gnostique et se retire entre les deux assistants qui portent les flambeaux.

About The Author

Tau Heliogabale

Tau Heliogable, évêque errant et divaguant dans les filiations apostoliques de Robert Ambelain-André Mauer-Tau IAcObus-Sophia Eris ; Tugdual le Jeune-Mgr. Koulmer-Mar François-Marie ; Armand Toussaint-Tau SponToPhoros (la liste complète des lignées apostoliques et gnostiques est visible ici).Fondateur de la confédération d’évêques errants et indépendants connue sous le nom d’Eglise Gnostique Chaote.Nous mettrons à disposition ici tout le matériel gnostique qui nous fut légué, ainsi que le matériel propre à la gnose chaote.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Navigation

Qui est en ligne ?

Aucun membre ne se trouve actuellement sur le site
Aller à la barre d’outils