Introduction à « La notion gnostique du démiurge »

Introduction à « La notion gnostique du démiurge »

Par Robert Ambelain

La Gnose est un vaste mouvement chrétien à caractère ésotérique, qui, du IIe au Ve siècle, s’opposa au christianisme exotérique. Comme tel, il prétendait expliciter le dépôt confié par le Christ aux Apôtres et aux Disciples, à l’aide des philosophies et des religions antérieures ou parallèles, à caractère sotériologique. Comme tel, c’est donc également un mouvement syncrétiste.

Cette théorie était celle de saint Paul : « Je dois beaucoup aux Grecs et aux Barbares… » (Épître aux Romains, I, 14), de saint Augustin, lequel vantait l’excellence de la philosophie platonicienne, de Clément d’Alexandrie, et de son disciple illustre Origène, lequel nous parle de son « maître hébreu ».

Les diverses écoles gnostiques prétendaient toutes posséder des enseignements secrets, venus du Christ, confiés oralement aux Apôtres, et reprochaient à l’Église officielle de les dissimuler, ou, plus grave encore, de les violer. Nous croyons devoir donner, au début de cette étude, la signification de quelques-uns des termes habituellement utilisés dans toute étude du Gnosticisme traditionnel.

Apocryphe. – Du grec apocryptos : caché, dissimulé,mystérieux. Désigne non pas des textes faux ou erronés, mais des enseignements qui, pour ne pas être conformes à la vérité historique, n’en sont pas moins revêtus d’une signification initiatique indiscutable. L’Église latine les utilise volontiers, après les textes canoniques. Les « ymagiers » du Moyen-Age les ont souvent exprimés dans le symbolisme architectural ou dans les verrières des cathédrales, et le Concile de Trente en place un certain nombre immédiatement après les textes canoniques, avec tout le respect qui leur est dû.

Démiurge. – Du grec demiourgos : artisan. Nom sous lequel on désigne, dans la philosophie platonicienne, l’artisan qui a organisé l’Univers matériel, selon le plan idéal décidé par le Dieu Suprême. Il est l’Être Intermédiaire entre la Divinité Incognescible et la Créature. Les gnostiques lui imputaient un certain désordre anarchique reproché au Monde d’ici-bas, ainsi qu’un certain amoralisme.

Diabolos. – Ou diable. Du grec diabolos : accusateur, calomniateur. C’est l’esprit qui, malignement, s’oppose systématiquement à tout ce qui se fait, que cela vienne de Dieu, du Démiurge, ou de l’Homme. Il est le Satan hébraïque, mot signifiant « en travers ».

Eon. – Terme des diverses écoles gnostiques, nom désignant les Émanations, ou Intelligences Eternelles, sorties de l’Essence du Dieu suprême. Les éons sont les substances divines qui, en Dieu, émanent le plus immédiatement. Ils sont les uns actifs et les autres passifs, étant de polarités différentes. Il n’y en a qu’un certain nombre, de qui tout ce qui leur est inférieur émane. Ce mot dérive du grec aion : temps, durée, éternité. En latin : aevum, en sanscrit : âyus. On peut supposer que l’Apocalypse, attribuée selon les uns à l’apôtre Jean, selon les autres au gnostique Cérinthe, met en scène des éons, lorsqu’elle parle des vingt-quatre « vieillards » chantant les louanges de l’Agneau (Apocalypse : IV, 4 et 10). En effet, le tétragramme sacré iod-hé-vau-hé (Jeovah), possède vingt-quatre transpositions littérales.

Hylé. – Matière première du Monde inférieur. Désigne mot à mot, dans le grec ancien, les bois, taillis, la jungle, non défrichés. Ce terme semble désigner quelque chose qui s’oppose à l’Eden primitif, à moins que cet Éden (signifiant en hébreu : Feu, Flammes, Lumière), ne soit que la prima materia qu’Adam ait reçu mission d’évertuer et d’organiser, et, comme tel, ne soit autre chose que l’Hylé.

Hylogenès. – Esprit de la Matière chez les anciens gnostiques.

Hylogénie. – Formation de la Matière.

Hylozoïsme. – Système philosophique qui attribue à la Matière une vie primitive et inhérente.

Hylarchique (Esprit). – Esprit Universel, qui régit la Matière Première. C’est un des noms du demiourgos.

Pneuma. – Souffle ou esprit supérieur auquel serait dû (selon l’antiquité et certains médecins anciens), la cause de la Vie et des maladies, par la modification des solides et des liquides. Cinquième élément selon les Stoïciens, principe de la Nature Spirituelle.

Pneumatique. – Chez les gnostiques, principe supérieur animant ceux qui aspirent à réintégrer le Plérôme, et qui manque chez les créatures qui n’ont uniquement que le Démiurge pour auteur.

Plérôme. – Unité primordiale reconstituée, le Christ en est l’âme. C’est, en fait, l’Église Éternelle.

Robert Ambelain. Editions Adyar – 1959

About The Author

Tau Heliogabale

Tau Heliogable, évêque errant et divaguant dans les filiations apostoliques de Robert Ambelain-André Mauer-Tau IAcObus-Sophia Eris ; Tugdual le Jeune-Mgr. Koulmer-Mar François-Marie ; Armand Toussaint-Tau SponToPhoros (la liste complète des lignées apostoliques et gnostiques est visible ici).Fondateur de la confédération d’évêques errants et indépendants connue sous le nom d’Eglise Gnostique Chaote.Nous mettrons à disposition ici tout le matériel gnostique qui nous fut légué, ainsi que le matériel propre à la gnose chaote.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Navigation

Qui est en ligne ?

Aucun membre ne se trouve actuellement sur le site

Pin It on Pinterest

Shares
Share This
Aller à la barre d’outils